12-02-08-royal

Merci à Placide

Ségolène Royal est repartie en campagne mardi, à Marseille pour François Hollande. Elle vient dans la cité phocéenne s'adresser aux classes populaires, celles qu'elle a séduites en 2007, forte de sa "capacité de parler simple, de faire de la pédagogie", confie-t-elle dans le TGV matinal. Elle vient rappeler que, dans les quartiers, nombreux sont ceux tentés "par l'abstention ou par le vote FN."

Il lui a fallu quatre mois pour digérer l'immense déception de ses 6,8 % à la primaire, pour accepter qu'elle ne serait pas la candidate de son parti à la présidentielle.  Elle assure que "ceux qui sont désespérés veulent donner un coup de semonce." "Il faut leur dire que l'on a besoin d'eux, que la France ne peut se redresser sans qu'ils prennent leur part dans la mutation de la société."

Dans une épicerie, la socialiste demande s'il y a des "fromage de Poitou-Charentes", la région qu'elle préside. Sur le perron d'une boucherie charcuterie, Royal marque une pause : "on vous aime beaucoup !", lui lance une marseillaise. "C'est vrai ? C'est gentil !" rétorque l'intéressée. En face du "Royal Bazar", Patrick Mennucci fait applaudir "Ségolène", qui sourit, manifestement heureuse de reprendre contact avec le terrain.

Des quartiers nord de Marseille aux rues de Belsunce, les passants lui scandent "François président !", lui crient : "il faut soutenir François Hollande !" Royal répond : "On est là pour ça ! Il faut voter le 22 !" Elle qui a souffert que le PS se rassemble si mal derrière elle en 2007 joue le jeu.